râleur
Des Hommes,  Des Mecs,  Psycho,  Relations

Comment vivre avec un râleur sans craquer ?

On disait de lui qu’il était râleur, bougon et souvent de mauvaise humeur… Sa particularité ? Faire la gueule tout le temps, ne sourire que très rarement, envoyer promener les gens d’un coup d’œil assassin… Et surtout ne jamais s’embarrasser de la moindre forme de délicatesse ou encore d’empathie vis-à-vis de tous ceux qui pouvaient nuire à son confort ou son bien-être personnel !

Lui… C’était Jean-Pierre Bacri, acteur, scénariste et dramaturge français né le 24 mai 1951 à Castiglione en Algérie française et mort le 18 janvier 2021 à Paris.

Jean Pierre Bacri
Jean Pierre Bacri, un râleur au grand coeur !

Je n’aime pas le sourire à tout prix – JP Bacri (1951-2021)

Antihéros, désabusé ou simplement « jamais content« … Son côté ronchon fit de cet homme l’un des personnages préférés des Français. Son jeu d’acteur lui valut plusieurs récompenses certes ! Mais la plus grande ou la plus belle fut toutefois celle d’être aimé de façon « populaire », laissant derrière lui des hommages et des témoignages hyper bienveillants à son égard.

Alors, on peut se poser la question : Pourquoi un type comme lui (détestable a priori) était aussi aimé ou aussi apprécié de tous ?

Râler, le sport national des Français

A vrai dire, ce mystère trouverait son explication dans le fait que les Français (depuis longtemps déjà !) sont souvent considérés comme les plus grands râleurs au monde ! Et oui !

Vous n’ignorez sans doute pas, qu’en France, tout est prétexte à se plaindre ! Entre les embouteillages, les retards ou les grèves dans les transports, les problèmes avec l’administration, le gouvernement, les manifs, un chef de service acariâtre, un collègue de bureau trop zélé, un salaire au ras des pâquerettes, des files d’attente interminables chez le dentiste, la belle-mère qui s’incruste et les enfants qui hurlent… Râler est par conséquent, un sport national contagieux qui fait (en bien ou en mal) la réputation du peuple Gaulois !

Mais la vraie question reste cependant posée : pourquoi râle-t-on en fait ?

Une soupape de décompression face au stress ou à la pression

Essayer d’échapper à un grincheux pathologique qui ne voit jamais le verre à moitié plein mais toujours à moitié vide… Serait donc peine perdue, tant il y en a sur notre territoire ! Tout comme d’ailleurs le vocabulaire qui s’y réfère. Pour exemple, une multitude de mots existent pour décrire celui ou celle qui se plaint sans arrêt ou qui s’irrite sans fondement réel. En voici une petite dizaine à la douzaine !

  • Rouspéter
  • Grogner
  • Ruminer
  • Protester
  • Se plaindre
  • Faire la gueule
  • Etre chafouin
  • Jamais content
  • Bougonner
  • Chouiner, etc.

Le râleur : un spécimen devenu champion de l’Art à la française

Cette liste n’est évidemment pas exhaustive car n’oublions pas également les sons ou les bruits que nous émettons lors de nos grognes et râles.

Le Rrrrr guttural (qui sort du fond de notre gorge), spécialité typiquement française exaspère pas mal de nos amis hors de nos frontières (demandez par exemple à nos amis Saxons, tiens !). Et ce, sans même que l’on s’en rende compte parfois. C’est dire à quel point râler est devenu un mode de vie ou encore, tout un Art à la française !

Certains diront que nous tenons cela de notre héritage culturel, datant du siècle des Lumières où l’esprit de contestation permettait de tout remettre en question… D’autres y verront plutôt une manière de « conjurer le sort » en se libérant des frustrations ou encore des tensions mises à mal ces derniers temps (coronavirus oblige) !

Quant au point de vue freudien de cette pathologie, les râleurs chroniques seraient sans doute d’anciens enfants-rois, incapables de tolérer le moindre écart à leurs désirs inassouvis. Voilà, voilà…

râler en France
Râler, un sport national typique des Français…

Comment supporter un râleur au quotidien ?

Cependant, lorsqu’il s’agit de vivre avec un conjoint ou avec un partenaire, particulièrement râleur, qu’en est-il vraiment ? Comment parvient-on à le supporter sans que cela ne vienne entacher votre amour ou vos sentiments pour lui ? Quelle attitude adopter alors, face à ce genre d’individu plutôt taciturne, morose ou encore dépité par les choses de la vie ? Papier, crayon, prenez des notes !

Si ce cliché qui colle à la peau des Français perdure, ce n’est pas un hasard. Nombreux sont ceux, en effet, qui se plaignent (encore ?) d’avoir épousé une femme ou un homme qui râle tout le temps.

Entendons par là, une personne qui n’a pas le sens de la positivité mais au contraire, qui voit souvent la vie en noir, ou au mieux, en gris et blanc mais certainement pas… En rose !

3 conseils efficaces pour décoincer un râleur

Pessimiste par nature et rabat-joie au quotidien, la vie maritale à ses côtés n’est donc pas toujours facile ni agréable. Qu’à cela ne tienne ! Voici comment améliorer les relations avec ces 3 astuces efficaces pour lui donner une autre vision des choses. Mais espérons-le, surtout de quoi lui redonner le sourire…

1 – Transformez son négativisme en une force

Râler demande une certaine énergie que le râleur pourrait utiliser autrement et à bon escient. En lui proposant de chercher des solutions à ses problèmes afin d’avancer ensemble, dans le même sens, peut s’avérer une tâche ingrate sur le moment mais payante sur le long terme. N’oubliez pas que votre râleur ou votre râleuse a aussi des qualités, bien que vous le trouviez souvent agaçant ou pénible. Son caractère soupe-au-lait peut vous amuser de temps à autre mais pas tout le temps non plus (faut pas exagérer) !

Pour ne pas que celui-ci gâche votre plaisir ou celui des autres, expliquez-lui clairement que vous n’êtes pas dupe et que vous avez parfaitement bien compris que râler, c’est sa façon à lui ou à elle, d’attirer l’attention. Il n’a donc pas besoin d’avoir peur, vous l’aimez et l’ acceptez tel qu’il est, avec vos différences et vos richesses respectives.

2 – Ouvrez-vous au dialogue et laissez-le s’exprimer

Lorsque le quotidien devient trop pesant dans un couple, il est essentiel de ne pas tomber dans les reproches ou encore dans les sarcasmes. Mais à force de vivre avec quelqu’un qui s’énerve de la moindre chose, qui rouspète tout le temps ou qui n’est jamais satisfait… Pas toujours facile de vivre en harmonie ou d’être heureux en sa compagnie. Pourtant, rien ne sert de reprocher à l’autre tous les maux de la Terre sans y apporter de solutions concrètes.

Pour cela, face aux problèmes, établissez un dialogue ou une discussion franche et directe. En vous mettant à l’écoute de l’autre, vous pourrez ainsi mieux comprendre son côté rabat-joie et pourquoi celui-ci fait partie de son histoire.

Une fois ceci éclairci, expliquez-lui en tant que conjoint pourquoi sa personnalité sombre et négative vous fait souffrir et finit par déteindre sur vous. Pas de doute que s’il vous aime (j’espère que c’est le cas), il sera plus enclin à en tenir compte et arrêtera de vous submerger par ses idées noires.

3 – Offrez-lui une dose d’optimisme matin et soir

Il est râleur et vous, vous êtes plutôt optimiste et pleine d’entrain ! Et bien, tant mieux ! Grâce à vous, sans chercher forcément à lui imposer votre vision des choses, vous êtes ainsi en capacité de lui démontrer que la vie n’est pas toujours aussi mauvaise qu’il n’y parait.

En effet, en tant que pessimiste endurci, le râleur a beaucoup de mal à accepter de lâcher-prise. Mais vous, vous pouvez petit-à-petit l’amener à voir les choses sous un angle différent. Comme par exemple, lui prouver à quel point il peut être agréable d’être détendu ou confiant face à un événement ou face à une situation.

En étant positif ou en gardant le moral au beau fixe, on avance souvent beaucoup mieux qu’en étant angoissé ou en permanence, inquiet.

rabat-joie
Le râleur n’est pas prêt de disparaître…

Vivre avec un râleur, c’est possible avec certaines limites

Vous l’aurez compris, à travers ces trois conseils, il n’est pas question de transformer le râleur en une personne idéale mais plutôt de réussir à s’en accommoder.

Toutefois, chacun a ses propres limites qu’il faut respecter. En réfléchissant aux vôtres, il est préférable parfois de prendre ses distances. Demandez-lui d’aller faire un tour ou faites-le vous-même. Le bougon n’ayant plus de public avec qui partager ses jérémiades… Celui-ci ira alors bouder, seul dans son coin et l’affaire sera réglée. On passe ainsi à autre chose, une fois sa petite crise finie.

En revanche, si vous n’arrivez plus à le supporter, que vous n’avez plus de désir pour l’autre et que votre moral est en berne… Il semble évident que vous n’acceptez plus ou pas ce qu’il est devenu. Votre tendance à tout lui pardonner, de même que votre patience légendaire ont eu raison de votre couple…

Alors, plutôt que de vouloir à tout prix changer la personne qui n’en a pas envie… Peut-être qu’il est temps de vous poser les bonnes questions. Ne voudrait-il pas mieux au fond, changer carrément de personne ?

A vous de me le dire en me laissant tous vos commentaires, à la suite de cet article.

Et à de suite !

(Visited 85 times, 1 visits today)

Laissez-nous un petit commentaire !